L'industrie réagit au papier -vacances radin

LE document de travail publié dans Travel Daily plus tôt cette semaine (TD 15 juil.) Continue de provoquer des réponses, avec des milliers d'engagements sur les réseaux sociaux et des dizaines de lecteurs envoyant leurs propres commentaires.

Les avis sont partagés sur la proposition d'un «agent de dernier recours», mais il est clair que l'appel à faire face à la réalité du COVID-19 a largement retenti, que les répondants conviennent ou non que l'industrie dans son ensemble est condamnée.

Martin Fallows du Mosman Cruise Center à Sydney a remercié l'écrivain, disant qu'il "hiberne" son agence, "réduisant tous les coûts pour maintenir nos réservations en vie dans l'espoir d'un avenir pour notre entreprise".

Chris McIlroy de Travel Inspirations à Cranbourne, Vic a exhorté l'AFTA à rester concentré sur ses priorités actuelles, y compris l'extension de JobKeeper, les critères financiers de l'IATA, l'ACCC et les conditions générales, la santé mentale et le soutien général des agents.

Neil Wood de Traveltoo dans le nord de Sydney a été franc dans sa réponse, en disant: "alors que l'auteur de la lettre ouverte peut arborer le drapeau blanc, je ne le suis certainement pas!"

"Je suis dans l'industrie du voyage depuis 55 ans et je ne laisse pas un virus me battre", a-t-il fulminé.

Michael O’Leary de italktravel & cruise Castle Hill a déclaré avoir fermé plusieurs agences et grossistes au fil des ans, il peut comprendre la situation alors que certains opérateurs de longue date se retrouvent à regarder dans l'abîme.

Cependant, alors que Qantas a décidé de ne pas voler, d'autres compagnies aériennes se multiplient, et avec des délais de livraison typiques dans le commerce de détail, même si le gouvernement annonce un redémarrage en mars 2021, «nous connaissons alors les clients qui souhaitent voyager réservera à partir de septembre de cette année ”.

Kathy Granger de Burnie & Smithton Travelcentres à WA a déclaré "clairement que l'écrivain est un réaliste et je suis heureux d'avoir entendu leur opinion", avec des inquiétudes que les agents qui ont décidé de fermer pourraient être "liés aux remboursements et à la modification des crédits jusqu'à la fin des temps".

Susan Mills de Little Bird Travel a exhorté le public à soutenir davantage les agents de l'AFTA, affirmant que «le moment est venu d'être LOUD et très fier».

Elle a également convenu que «nos têtes collectives doivent sortir du sable alors que le moment est venu de discuter de l'avenir de notre industrie».

Simon Bernardi d'Australie et de Beyond Holidays a également rédigé une réponse complète qui figure à la page 4 de la TD aujourd'hui.

La poste L'industrie réagit au papier paru en premier sur Travel Daily.

Laisser un commentaire